Spécialité Agroalimentaire – Site de Boulogne

 

L’EIL Côte d’Opale forme sur le site de Boulogne sur mer des ingénieurs généralistes en Agroalimentaire. La spécialité « Agroalimentaire » a pour objectif de former des ingénieurs capables de concevoir un nouveau produit ou un nouveau procédé de fabrication agroalimentaire dans un contexte de développement durable et de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), d’organiser et de gérer une production agroalimentaire, de mettre en œuvre une politique Hygiène Sécurité Qualité Environnement (HSQE) en entreprise agroalimentaire, d’utiliser et de développer des outils informatiques et de communiquer et de manager et diriger des équipes. Ces compétences peuvent s’appliquer à l’ensemble des secteurs de l’agroalimentaire, de la très petite entreprise (TPE) à la grande entreprise. Les métiers visés sont les suivants : Responsable Hygiène Sécurité Qualité Environnement (HSQE), Ingénieur Recherche & Développement (R&D) formulation, Responsable production agroalimentaire. L’ingénieur formé à Boulogne sur mer, au cœur du premier centre européen de transformation des produits de la mer, développera plus particulièrement des compétences en innovation et sécurité alimentaire pour la transformation des produits de la mer et pour l’halieutique. En effet dans leur cursus de formation, les élèves ingénieurs aborderont des enseignements du domaine aquatique tel que : ressources alimentaires marines (sauvage, élevage), génie des procédés aquacoles, sécurité sanitaire des produits aquatiques et valorisation des produits aquatiques. De plus, cette spécialité s’appuie sur une formation solide aux outils numériques dans les domaines de la gestion du processus de fabrication et de la bio-informatique.

L’ingénieur spécialisé en agroalimentaire intègrera enfin les différents aspects du management industriel, qu’il s’agisse des dimensions organisationnelles, humaines, économiques ou environnementales.

L’ingénieur de l’EIL Côte d’Opale est également formé à mener des projets de recherche, d’innovation et d’entrepreneuriat dans un contexte de développement durable.

Les enseignements de la spécialité Agroalimentaire se déclinent en deux grands domaines de compétences auxquels s’ajoute le domaine « projets et stages » :

  • – Sciences et Techniques de l’Ingénieur.
  • – Sciences Humaines et Sociales, Langues, Activités Culturelles et Sportives.

Le cycle ingénieur de la spécialité Agroalimentaire est ouverte aux élèves issus des classes préparatoires aux grandes écoles dans les filières BCPST et TPC ou issus du cycle préparatoire intégré de l’EIL Côte d’Opale.

Sur concours interne et dans la limite des places disponibles, les élèves de niveau Master 1, Licence 2, Licence 3 ainsi que les élèves titulaires d’un DUT ou d’un BTS peuvent également intégrer cette spécialité.

Log_CTI_quadri-2

La formation initiale des élèves en cycle ingénieur se déroule sur 3 ans. Elle est organisée selon le principe de la semestrialisation et se décompose donc en 6 semestres (S5 à S10).

Les enseignements sont définis à travers des modules d’enseignement. Chaque matière d’un module comporte des Cours Magistraux (CM), des Travaux Dirigés (TD) et des Travaux Pratiques (TP).

Pendant les deux premières années du cycle ingénieur en Agroalimentaire, les élèves ingénieurs suivent un tronc commun articulé autour des deux domaines Sciences et Techniques de l’Ingénieur et Sciences Humaines & Sociales, Langues, Activités Sportives et Culturelles.

En dernière année, les élèves ingénieurs suivent un tronc commun en Sciences et Techniques de l’Ingénieur et, en fonction de leur projet professionnel, choisissent une des deux mineures suivantes :

  • – Sécurité sanitaire des produits aquatiques
  • – Valorisation des produits aquatiques

Chaque parcours de professionnalisation inclut des modules obligatoires, des modules communs à tous les parcours, un module de formation à la recherche et un module d’ouverture au choix parmi quatre modules optionnels proposés. Les élèves peuvent également suivre un parcours qu’ils ont choisi dans le cadre d’une mobilité d’un semestre à l’international ou pour l’obtention d’un double diplôme.

Enfin, l’élève ingénieur en dernière année a la possibilité de renforcer son expérience professionnelle et d’être rémunéré dans le cadre des contrats de professionnalisation proposés par de nombreuses entreprises agroalimentaires. Ces élèves suivent alors une alternance de 3 jours en école (lundi, mardi, mercredi) et 2 jours en entreprise (jeudi et vendredi) durant le premier semestre.

La formation est jalonnée de nombreux projets s’étalant sur les trois années.

  • – En première année :
    • – Un projet d’étude de 30 h au semestre S6,
    • – Un projet solidaire de 30 h aux semestres S5 et S6,
  • – En deuxième année :
    • Un projet de vie associative commencé pendant le S5 et S6 et finalisé en S7 et S8
    • Un projet technique de 50 h aux semestres S7 et S8,
  • – En troisième année :
    • Un Projet d’Innovation et de Conception (PIC) d’une durée de 150 h au semestre S9.

Les enseignements de la spécialité Agroalimentaire totalisent 2060 heures dont 1770 heures de présentiel qui incluent les examens et 290 heures de pédagogie par projet qui se répartissent selon le graphique ci-dessous :

Répartition par domaine des heures d’enseignements du cycle ingénieur de la spécialité Agroalimentaire

La formation pratique est complétée par des périodes de stages en entreprise. La durée des stages pendant la période de formation est de 9 mois minimum et représente un volume de 1360 h. Ces stages permettent de placer les futurs ingénieurs au cœur des réalités de l’entreprise :

  • – En fin de deuxième année du Cycle Ingénieur, ils effectuent un stage d’assistant ingénieur (conduite d’un projet technique) d’une durée de 12 semaines minimum en France ou dans un pays étranger ;
  • – En fin de dernière année, ils réalisent leur Projet de Fin d’Etudes en entreprise d’une durée de 6 mois en France ou dans un pays étranger. Les élèves ingénieurs y sont placés en situation d’initiative pour résoudre ou contribuer à la résolution d’un problème industriel technique ou non technique.

Log_CTI_quadri-2

Le domaine des Sciences et Techniques de l’Ingénieur s’articule autour de disciplines telles que la biologie, la Qualité – Environnement, l’Informatique, le Génie des Procédés, la logistique et les mathématiques.

Le Management Industriel détaille les concepts d’organisation, de gestion industrielle et présente la gestion de projet ainsi que l’entrepreneuriat (management de projets et d’équipes, management des risques, de l’environnement…).

Les Sciences Humaines intègrent la dimension humaine, sociale, juridique, économique et environnementale ainsi que les langues.

Les projets ont pour but d’apprendre aux élèves ingénieurs à mener un projet de la conception à la réalisation en passant par l’ensemble des phases auxquelles est confronté l’ingénieur chargé de mener à bien un projet en entreprise. Ils permettent l’apprentissage du travail en groupe, la coordination des tâches, l’autonomie et l’analyse de problèmes industriels dont la complexité augmente avec l’avancement dans le cursus des élèves ingénieurs. Les 10 mois minimum de stages, périodes obligatoires, permettent aux futurs ingénieurs de se familiariser avec la structure et les méthodes de travail en milieu industriel.

L’ouverture à l’international a pour objectif de préparer les élèves ingénieurs à travailler dans un contexte international et à avoir une vision globale et mondiale des problématiques qu’ils auront à traiter. Sont compris dans cette ouverture les formations en langues étrangères, notamment l’anglais et une seconde langue vivante (Allemand, Espagnol, Chinois…). Il s’agit de donner aux futurs ingénieurs les pratiques leur permettant de participer utilement à des réunions de travail mettant en présence des personnes de nationalités différentes. L’anglais étant la langue des affaires, elle a été rendue obligatoire à l’EIL Côte d’Opale (200 h sur l’ensemble de la formation).

Un niveau d’anglais certifié, attesté par un test reconnu et externe à l’EIL Côte d’Opale (le test TOEIC), est exigé pour valider le diplôme. Le niveau souhaitable pour un ingénieur est le niveau C1 du « cadre européen de référence pour les langues » du conseil de l’Europe. En aucun cas, un diplôme d’ingénieur de l’EIL Côte d’Opale ne sera délivré à un élève ingénieur n’atteignant par le niveau B2 certifié (soit 785 points pour le TOEIC).

L’école accorde enfin une place importante à la formation à et par la recherche. Ainsi, tous les élèves suivent deux modules ayant un lien direct avec la recherche qui s’effectue au sein des laboratoires partenaires de l’école. De plus, les projets réalisés peuvent avoir pour cadre une des problématiques développées par les laboratoires partenaires. Cela ouvre la possibilité aux diplômés de l’EIL Côte d’Opale de poursuivre, s’ils le désirent, des études en thèse de Doctorat.

Le tableau ci-dessous résume le programme de la spécialité Agroalimentaire avec la répartition du volume horaire de chaque module en Cours Magistraux (CM), Travaux Dirigés (TD) et Travaux Pratiques (TP). Le volume horaire total de chaque module inclut les épreuves de contrôle des connaissances. Ce programme est complété par des conférences et des visites d’entreprises.

Le guide des études de la spécialité Agroalimentaire détaille le programme des trois années de formation.

Log_CTI_quadri-2

Chaque module fait l’objet d’évaluations préalablement définies et donne droit en cas de validation à des crédits ECTS (European Credit Transfer and Accumulation System).

Le mode d’évaluation de l’EIL Côte d’Opale est le contrôle continu dans chaque matière.

Les projets et les stages sont considérés comme des modules à part entière et font également l’objet d’une évaluation basée sur un rapport écrit et une présentation orale qui déclenchent l’attribution de crédits ECTS en cas de validation.

Le guide des études  de la spécialité  Agroalimentaire précise les modalités de contrôle des connaissances des trois années de formation.

Log_CTI_quadri-2

Les ingénieurs diplômés de l’EIL Côte d’Opale spécialité Agroalimentaire exercent leur activité dans le cadre d’entreprises agroalimentaires tous secteurs confondus.

Les métiers visés par la formation sont les suivants : Responsable HSQE, Ingénieur R&D formulation, Responsable production agroalimentaire. Il s’agit de métiers où l’embauche des cadres dans le domaine de l’agroalimentaire demeure importante. Ces métiers font référence aux études APEC Opcalim datant de 2018 et 2019 et référençant l’état du marché de l’emploi cadre dans le secteur alimentaire1,2.

1Baromètre Apec Opcalim. Le marché de l’emploi cadre dans le secteur alimentaire, mai 2018.
2Baromètre Apec Opcalim. Le marché de l’emploi cadre dans l’industrie agroalimentaire. ISBN 978-2-7336- 1184-5 juillet 2019

Log_CTI_quadri-2

 
Thierry GRARD
Professeur de biochimie alimentaire
thierry.grard@univ-littoral.fr
03 21 99 25 08
Sabine DELVART 
Chargée de Communication
communication@eilco-ulco.fr
03 21 38 85 13
03 21 17 10 02 (jeudi)

Log_CTI_quadri-2